Gambitron en Scorpion et contrôleur Alien Power
Modélisme et construction

Monthly Archives: décembre 2015

Gambitron en Scorpion et contrôleur Alien Power

Pour remplacer le défunt YEP, j’ai craqué sur un contrôleur de chez Alien Power : Jet ESC HV 300A, 16S

Ces contrôleurs sont fabriqués au Royaume-Uni, le patron Bruno Tollot répond rapidement à toutes les questions. Ca change du service chinois… Avec un contrôleur d’outre-manche, j’espérais le bruit d’un Rolls-Royce Merlin… c’est loupé, le moteur est toujours aussi silencieux. Parmi les plus de ce contrôleur, la fonction anti-étincelle avec un câble spécifique à brancher en premier, et une programmation aisée via l’adaptateur USB fourni d’origine. Pas besoin d’acheter un adaptateur supplémentaire… Par contre, le driver de l’adaptateur ne marche pas sous Windows 8.

Voila la bête:
DSC_0992

Avec un contrôleur pareil, je peux tester pas mal de configurations de batteries, notamment du 14S.

Grâce à Louis Fourdan, j’ai en test un moteur Scorpion 6530-180.
DSC_0987

Le KV réel est de 169, c’est nettement intéressant par rapport aux 188KV du Rotomax 50.

L’intégration dans le Gambitron a été faite via des colonnettes sur le support réalisé pour le Rotomax. Le moteur scorpion est légèrement plus court, et il est nécessaire de l’avancer pour que l’hélice ne frotte pas sur le capot.
IMGP3526

J’ai mis une sonde de mesure de la température autour de la cage. Cela permet de voir si on sollicite le moteur au delà de ses spécifications.
IMGP3520

L’hélice est très facile à monter sur le scorpion. Un simple écrou a serrer, et le tour est joué. Le moteur est fourni avec une bague d’adaptation 10mm vers 8mm, pour des hélices percées en 10mm.
IMGP3522

Voici quelques résultats des premiers vols:
En 14S, le scorpion entraine l’hélice Biela 23×8 avec une conso autour de 80A. Avec les accus chargés, on est a 78A pour 6800 t/min sous 49.6V.

En essai de traction statique avec les accus un peu déchargés (autour de 40%), on obtient 12.5Kg pour 6588 t/min.

Un remorquage d’un planeur F3I a l’atitude de 200m consomme environ 600mAh. Le taux de montée moyen est autour de 10m/s. Voici le graphique de la montée:

f3i-14S-23x8

Le passage à 14S, avec un moteur plus performant est clairement bénéfique sur la consommation. Double effet, plus d’autonomie, et batterie moins sollicitée, gage d’une meilleure durée de vie. L’augmentation de poids, 400g, reste très modérée. Témoin que le Scorpion 6530 a un meilleur rendement que le Rotomax, il chauffe nettement moins. Je n’ai pas encore de mesures, mais rien qu’au toucher c’est sensible. Le Scorpion est tout juste tiède, alors que le Rotomax était rapidement chaud.

Le Gambitron est un avion très sain, gaz coupé il ne décroche pas. Le remorquage se fait plein gaz une fois que le planeur a décollé. Arrivé à l’altitude de largage, on met a plat et réduit les gaz. Lorsque le planeur est largué, on coupe complètement les gaz, et on amène le remorqueur à 20m au dessus de l’entrée de piste en piqué plus ou moins fort. L’hélice au pas de 8″ en rotation libre fait un aérofrein très efficace, le Gambitron n’accélère pas. L’atterrissage est ensuite une formalité. On ajuste la pente de descente pour choisir le point de touché et il suffit d’arrondir pour un touché en douceur. Si on arrive un peu trop vite, le rebond n’est pas méchant. De fait, le remorqueur est pratiquement prêt à repartir…



Prochaine étape, remorquage de planeurs toutes catégories, et mesure des consommations.

Encore des mesures et Panne du YEP

Le contrôleur YEP n’a pas duré bien longtemps… au 4ème vol, pfff, extinction des gaz et atterrissage en plané…. Une requête a été déposée chez HK, mais j’ai peur que cela ne serve à rien…

Le coté positif de la chose (s’il en est un) a été de faire une vérification de l’utilité d’utiliser l’hélice comme aérofrein. Le contrôleur s’est plus ou moins mis en frein lors de la panne, et l’hélice ne tournait presque plus. Résultat, il a fallu aller chercher le Gambitron au bout du terrain, alors qu’il se pose très très court lorsque l’hélice tourne.

J’ai pu faire quelques mesures en vol avant la panne…

Je voulais tester l’influence du poids du modèle sur le taux de montée. Sans planeur, à la masse de 11.5Kg, le taux de montée est de 16m/s. Après avoir rajouté 800g de lest dans la clef, le taux de montée passe à 15.52m/s. Cela fait une perte de 0.6m/s par Kg. Cela n’est pas énorme, cela va permettre de mettre des batteries plus lourdes pour augmenter l’autonomie.

La vitesse de vol sol (mesurée par GPS) est de 122km/h, avec un vent de face de 10km/h, pour 7400 t/m.

En remorquage d’un fox de 3.6Kg, 2.80m, le taux de montée est de 10m/s. La vitesse de remorquage sol est de 75km/h.

Mesure du Rotomax 50cc

Quand il fait mauvais en Bretagne… si si ça arrive…. et qu’on ne peut pas voler, c’est bien de faire quelques mesures. Du coup, Loic et moi avons passé le Rotomax 50cc au banc d’essai.

Voila le résultat des mesures:

15 milliOhms par phase à 16 degré, c’est moins que dans les spécifications qui le donne à 21 milliOhms.
188 KV, c’est plus que dans les spécifications qui le donne a 172 KV.
Io 3.23A/25.03V, 4.96A/50.62V

Nous avons également fait une mesure de la poussée statique de l’hélice Biela 23×8. La méthode est celle du peson, avec l’avion retenu par une corde autour de la dérive :

15Kg, pour 7120 tours obtenus avec 108.5A, 43.41V

Ça arrache…..